Dans le cadre de ma thèse Louis Soutter, une modernité brute, codirigée par les historiens de l’art, PHILIPPE KAENEL (Université de Lausanne) et de PEPE KARMEL (New York University, EU), je reconstitue la centaine de cahiers d’écoliers, dans lesquels le dessinateur suisse, Louis Soutter (1871 – 1942) dessinait et écrivait de 1923 à 1930. Ces cahiers ont été entièrement démantelés à sa mort, sans numéroter les 2000 feuillets les constituant.

77 ans après le démantèlement de ces cahiers, leur reconstitution donnera à voir le développement graphique et thématique initial de cette période la plus prolifique de son œuvre.

Formée à différentes techniques d’analyse papier auprès de l’Institut des Textes et Manuscrits Modernes à Paris (ITEM) et de l’École des Sciences Criminelles de Lausanne (ESC), j’utiliserai différentes techniques non abrasives permettant d’assembler les 2000 feuillets en pages et d’ordonnancer ces dernières.

Ces dessins étant conservés dans des collections muséales et privées, en Suisse et à l’étranger, la reconstitution sera virtuelle et réalisée à partir de scannages des pages et feuillets.

A l’issue de cette reconstitution, qui ne peut se faire sans la précieuse contribution des collectionneurs privés et des musées, un fac-similé de la centaine de cahiers reconstitués sera publié.” 

JULIE BORGEAUD | Initiatrice de la reconstitution des cahiers de Louis Soutter

Remerciements:

Archives du Canton de Vaud; Fondation vaudoise du Patrimoine Scolaire;